Livre broché de 256 pages
Format : 14 x 20,5 cm
N° ISBN : 2-916493-16-6
Prix : 17 euros

L’identité d’un territoire est une question d’actualité qui suscite toujours autant de débats. A l’heure d’une globalisation planétaire des échanges, le spectre d’un effacement des différences l’emporte largement sur l’ouverture culturelle. Au-delà d’une appartenance ou d’un attachement affectif, ce questionnement s’apparente à une réflexion sur l’imaginaire social et politique. Les revendications identitaires souvent illusoires n’obéissent-elles pas à la même quête de repères et de sécurité où vient se fondre et se confondre l’individuel et le collectif, le réel et l'imaginaire, le présent et le passé ?

Le choix du bassin de vie stéphanois pour illustrer une telle problématique paraissait particulièrement judicieux. Certes, cet ouvrage ne saurait se réduire à une nouvelle monographie sur les métamorphoses d’une grande agglomération française de plus en plus éclatée. Mais, à travers la richesse de cet exemple, on retrouve les éléments d’un débat valable à d’autres niveaux et sous d’autres cieux.

Cette question de l’identité d’un territoire voudrait rejoindre la question sociale et la question laïque, autres points d’observation privilégiés que l’auteur se propose ensuite d’étudier à travers l’histoire culturelle et politique stéphanoise. Dans cette démarche singulière, il a voulu faire le lien entre son expérience d’élu et une approche anthropologique à laquelle il a consacré sa vie universitaire.